Après un an d’attente, le voilà enfin ! Bohemian Rhapsody, le biopic sur Freddie Mercury et le groupe Queen réalisé par Bryan Singer est dans les salles depuis le 31 octobre. C’est assez rare que j’aille voir un film deux fois au cinéma, mais celui-ci m’a tellement émue que je n’ai pas pu résister. Du coup, il n’y a pas de suspense : oui, mon avis est plus que positif ! Je tiens cependant à préciser que je n’écris pas cette critique sous le coup de l’émotion et que j’ai eu le temps de me renseigner un peu sur la véracité de certains éléments. Autant le dire tout de suite, certains moments retracés par le film ne sont pas 100% exacts mais ça n’enlève rien au sentiment général. Bon mais assez parler. Place à mon pavé qui, je l’espère, vous encouragera à aller le voir si ce n’est pas déjà fait !

 

Bohemian Rhapsody Rami Malek

Mon avis : une claque émotionnelle qui sublime la créativité musicale de l’un des meilleurs groupes britanniques

2h30 de pure émotion

Le film s’ouvre sur une introduction incroyablement soignée qui condense à elle seule tout ce que sera le film : de la musique, de l’émotion, et un hommage à Freddie Mercury. Nous sommes en 1985, à quelques heures du Live Aid. Somebody to love nous remplit les oreilles tandis que l’on découvre un Freddie Mercury uniquement filmé de dos. La caméra le suit depuis son réveil jusqu’à sa montée sur la scène où une énorme caméra se tourne vers lui…

… puis le film nous renvoie 20 ans en arrière. Nous sommes alors transporté à un aéroport où l’on découvre un jeune Freddie bagagiste. À partir de là, les grands moments de la vie du chanteur et de l’histoire de Queen vont être retracés. Du côté du groupe, on assiste à la rencontre des différents membres, à la réalisation du premier album, à l’enregistrement du titre Bohemian Rhapsody dans des scènes où se déploient tout la puissance et le génie créatif du groupe, son goût pour l’expérimentation mais aussi sa liberté et son arrogance. Du côté de la vie personnelle du chanteur, on fait avec lui la rencontre de celle qui l’accompagnera toute sa vie durant, Mary Austin. Le film revient également sur la prise de conscience de Freddie de son homosexualité et évoque, par petites touches, son train de vie frénétique dans des scènes plus évocatrices qu’autre chose. Le film aborde aussi le moment où Freddie apprend qu’il est atteint du sida mais là encore, il ne s’étale pas sur le sujet. Pourquoi le ferait-il d’ailleurs ? Le chanteur ne l’a jamais fait de son vivant.

 

Bohemian Rhapsody le film

 

Et bien sûr, pour renforcer l’intensité émotionnelle de tous ces fragments de vie, la musique. Ce que j’ai particulièrement adoré, c’est la manière dont le film a su mettre en scène les tubes les plus connus du groupe. Là où d’autres auraient simplement pu les utiliser en guise d’arrière-plan, Bohemian Rhapsody leur donne une consistance et un sens tout autre qui nous fait les redécouvrir. D’une certaine manière, je dirais que les musiques subliment les scènes et que les scènes subliment les musiques.

Des acteurs mémorables

Bohemian Rhapsody Rami Malek

 

Même si vous n’avez pas encore vu Bohemian Rhapsody, vous aurez sans doute déjà entendu parler de l’incroyable performance de Rami Malek. Pratiquement tout le monde le souligne, je ne vais donc pas m’éterniser dessus mais oui, il crève l’écran. J’admets que j’ai été sceptique pendant les premières minutes du film, notamment à cause de la prothèse dentaire (un peu exagérée) qu’il porte. Et puis, on ne peut pas dire qu’il ressemble à Freddie Mercury, et pourtant…Et pourtant, sa performance est incroyable et il parvient à faire ce que tout (e) acteur/actrice devrait savoir faire : faire oublier sa personne au profit de son personnage. Alors même si le chanteur n’avait pas les yeux bleus, même s’il était un peu plus costaud, c’est un peu de lui qu’on a l’impression de voir pendant ce film et « un peu de lui », c’est déjà beaucoup. Rami Malek n’a pas copié Freddie Mercury ; il se l’est approprié avec une justesse presque déconcertante, notamment lors de la reconstitution du Live Aid. D’autre part, je trouve qu’il a une capacité assez incroyable de véhiculer des émotions fortes avec un minimum de mouvement. Je pense notamment à une très courte scène où il échange un regard avec un homme qui se dirige vers les toilettes. Il lui suffit de quelques pincements de lèvres et de très légers mouvements des yeux pour retranscrire la lente prise de conscience de son homosexualité.

 

 

Ce qui est moins souligné en revanche, c’est la performance des trois autres acteurs qui incarnent les trois autres membres du groupe. Et pourtant, même s’ils ont un rôle qu’on pourrait qualifier de « secondaire » ils ne sont pas cannibalisés par le personnage principal et c’est tant mieux. En effet, même si le film rend hommage à Freddie Mercury, il traite également de l’histoire du Groupe et s’attache également à mettre en avant les autres membres qui n’étaient pas seulement des musiciens mais également des paroliers (Brian May a écrit We Will rock you, John Deacon Another one bites the dust, Roger Taylor Radio Ga ga). Les acteurs qui les incarnent sont vraiment excellents et parviennent à donner une vraie profondeur à leur personnage. Notons aussi qu’ils sont très drôles ! Eh oui, on rit aussi beaucoup dans ce film et les dialogues sont vraiment extras !

 

Bohemian Rhapsody, trop lisse ?

Maintenant que je vous ai convaincu de vous rendre en salle, ma critique pourrait s’arrêter là. Mais non, je tiens à terminer par petit coup de gueule contre la presse qui reproche entre autre au film d’être « trop lisse » et de livrer une version édulcorée de Freddie Mercury. Pour avoir visionné quelques documentaires et interviews à son sujet, je trouve en effet que le personnage du film manque peut-être un peu d’arrogance et de « caractère », même si je trouve que cela reste difficile à juger. Par contre, quand je lis des critiques qui se plaignent de voir le chanteur sous un beau jour sans montrer le côté trash de sa vie personnelle, ça me dérange énormément. Déjà parce que le film ne parle pas uniquement du chanteur mais aussi du groupe. Ensuite parce que l’oeuvre musicale est quand même franchement plus intéressante que ce qu’il pouvait faire lors de ses fameuses soirées (outre le fait que ça ne nous regarde pas). Je tiens à souligner que le film ne nie pas non plus le combo sex/drogue/alcool (c’est esquissé dans des scènes assez suggestives). Enfin parce que montrer ce « côté sombre » ne nous en aurait pas plus appris sur l’homme et n’aurait rien apporté au spectateur. Comme Freddie Mercury l’a dit de son vivant et comme le personnage le dit dans le film « Nobody knows me ». D’une certaine manière, c’est en choisissant de ne pas rentrer dans l’intimité du chanteur que je trouve que le film lui est le plus resté fidèle. Freddie a toujours voulu parler de sa musique et non de lui.

 

Bohemian Rhapsody Rami Malek

 

J’ai également lu d’autres reproches sur lesquels je ne suis pas totalement d’accord non plus. À celles et ceux qui trouvent que le film n’est pas assez complet et détaillé, je répondrai seulement qu’il est impossible de retracer pratiquement 20 ans de carrière en 2h30. Si on s’intéresse vraiment à l’histoire du groupe et qu’on souhaite aller plus loin, les documentaires sont fait pour ça. D’autres soulignent également le fait que le film n’est pas totalement fidèle à la réalité historique. Sur ce point, c’est exact. Par exemple, Freddie Mercury a joué dans d’autres groupes avant d’intégrer Smile. Et par rapport à la trame scénaristique qui consiste à faire se séparer le groupe avant des retrouvailles quelques semaines avant le Live Aid, c’est également faux. Le groupe ne s’est pas séparé, il avait même enregistré un album (The Works) un an avant et de nombreux concerts avaient suivi. Malgré tout, cela ne m’a pas dérangé.

Au final, l’appréciation de Bohemian Rhapsody dépend en grande partie de l’attente que l’on a vis-à-vis du film. Si comme moi c’est pour l’amour de la musique de Queen, vous serez conquis. Si vous êtes en quête de vérité historique et que vous souhaitez connaître l’homme derrière le chanteur…il faut se tourner vers d’autres sources.

 

Alors, on achète une place ?

Bohemian Rhapsody est un film incroyable doté d’une puissance émotionnelle forte et sans nul doute mon coup de coeur cinématographique de l’année. Si la presse a été virulente à sa sortie, le box office démontre que l’avis du grand public est tout autre (tiens tiens, c’est un peu ce qu’il s’est passé avec la diffusion de la musique éponyme en 1975… dans ta face la presse !). Si le film est un hommage évident à Freddie Mercury, il ne se concentre pas uniquement sur lui : il embrasse également l’histoire du groupe qui lui est indissociable. La musique est omniprésente, véritable fil conducteur, presque un personnage à elle-seule. Je tire mon chapeau. Rendez-vous aux Oscars, je l’espère. C’est mérité.

 

Bohemian Rhapsody GIF

Partagez sur :

One thought on “Bohemian Rhapsody, Bryan Singer”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *