Serpentine est un recueil de nouvelles fantastiques de Mélanie Fazi, publié pour la première fois par les Éditions de l’Oxymore en 2004 et qui a été réédité dans la collection Folio SF de Gallimard collection en 2010. Cette lecture a été ma première vraie rencontre avec cette auteure française à la plume envoûtante. J’avais déjà lu une ou deux nouvelles de ce recueil il y a plusieurs années chez une amie mais je n’avais pas continué mon exploration pour une raison qui m’échappe encore. Mieux vaut tard que jamais !

 

Couverture du livre Serpentine de Mélanie Fazi

 

Mon avis : le fantastique au carrefour du quotidien

Ce recueil est peuplé d’histoires et de personnages captivants. Certains fascinent par leur sombre passé, d’autres par leur part obscure, d’autre encore par leur misère, leur détresse ou leur double jeu. Le fantastique est injecté à petites doses au point qu’il est parfois difficile à déceler et c’est là que réside la force de ce livre : nous faire chanceler entre onirisme et réalité (je pense notamment à « Rêves de cendre »). Je ne vais pas m’épancher sur chaque nouvelle, ce serait un peu long, mais je vous propose un top 3 de celles qui m’ont le plus marquée.

« Serpentine »

Une demande de tatouage peu commune d’un homme nommé Joseph, un réseau de tatoueurs qui se sont lancés un curieux défi mettant en scène des encres aux propriétés bien particulières…il n’en fallait pas plus pour capturer mon attention. La force de ce récit réside dans les dialogues extrêmement bien menés et des personnages bien mystérieux sur lesquels on aimerait en savoir plus. Moi qui hésite depuis des années à me faire tatouer, « Serpentine » a donné une nouvelle impulsion à ce besoin en me rappelant tout le sens profond que cet acte entraine. Si vous n’aimez pas les aiguilles, je vous promets que vous aimerez au moins les histoires qu’elles immortalisent.

« Matilda »

Il paraît que Mélanie Fazi est passionnée de musique et qu’elle y puise toute son inspiration. Eh bien ça se voit ou plutôt ça s’entend, surtout quand on lit « Matilda »  (qui au passage a reçu le prix Merlin en 2002). L’histoire prend racine dans une salle de concert où des fans attendent l’apparition d’un groupe qui ne s’était plus produit depuis des années. La vedette, Matilda, est un petit bout de femme à la voix monstrueusement puissante et belle, quasi inhumaine. Si la fin m’a un peu laissée sur ma faim, il y a des passages qui m’ont réellement scotchée. Décrire une musique, une voix et les émotions que les deux peuvent transmettre est un exercice que je trouve particulièrement difficile et risqué, mais pas Mélanie Fazi.

 

« Mémoire des herbes aromatiques »

Passionnée de mythologie grecque, je suis également très friande des récits contemporains qui s’inspirent des mythes anciens, qui les remodèlent et les ré-interprètent afin de nous montrer des héros sous un autre jour. « Mémoire des herbes aromatiques » fait partie de ces petits bijoux que je pourrais lire une fois, deux fois, trois fois…Elle met en scène la magicienne Circé, devenue propriétaire d’un restaurant grec avec sa nièce Médée, et le grand Ulysse, toujours en cavale. Mélanie Fazi a choisi de revenir sur la rencontre de ces deux personnages en adoptant l’angle de Circé qui nous révèle une toute autre vérité. J’ai été étonnée de ne pas avoir anticipé pleinement la chute. Vous vous ferez peut-être prendre comme moi !

 

Alors, on bouquine ?

Serpentine est un recueil de nouvelles qui se lit très vite et qui amène à voir le quotidien sous un autre prisme. Il y a peut-être deux ou trois nouvelles qui ne m’ont pas complètement transportée mais il y en a beaucoup d’autres qui m’ont touchée. Mélanie Fazi a une plume authentique et enchanteresse. Elle sait faire naître des histoires autour de lieux ordinaires, souvent des lieux de passages, auxquels on ne fait pas attention (des stations de métro par exemple). Bref, une vraie claque et une seule hâte : continuer à explorer son travail.

Lire les critiques de : Noosfere, ActuSF

Partagez sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *